Distributeur d’histoires courtes

Voici un distributeur d’histoires courtes, présent dans beaucoup de gares.

J’aime beaucoup ce système de petites histoires imprimées sur des bandelettes de papier. Cela ramène de l’imaginaire sur papier dans ces lieux d’attentes où le smartphone est roi.

Le fait d’appuyer sur un bouton et d’attendre quelques secondes aiguisent la curiosité et le plaisir de lire.

On peut trouver ces histoires sur le site :

https://short-edition.com/fr/

Lire la suite « Distributeur d’histoires courtes »

C’est la rentrée en alphabétisation

Mardi 10 septembre 2019
C’est la rentrée.
DATE
Chandy arrive avec un peu d’avance. Elle écrit la date au tableau : 10/09/19.

“Alice, ça va comme ça ?”
“ Oui ça va, tu peux écrire en entier en-dessous ? “
“… ? ”
“Avec mardi et septembre ? ”

Elle cherche alors spontanément ces deux mots dans son cahier et dans le Mini-Dico.
DISCUSSION
Houjda, Lassana et Sophia arrivent. On se salue et on se donne des nouvelles.
Ils recopient la date sur leur cahier.
Je leur demande s’ils ont passé de bonnes vacances et s’ils ont un peu lu et écrit.

Lassana :

“Oui, j’ai lu de temps en temps.”

“Tu as lu quoi ?”
“Un livre … attends, je te montre…”

Je m’attends à un petit livre de poche, un livre prêté ou un livre de bibliothèque… il cherche dans son sac et, Ô surprise ! en ressort le livre qu’on a créé l’année dernière avec leur textes dits et/ou écrits : “Les textes de l’AFB”
“Tu veux bien nous lire un texte ? “

LECTURE
Il décide de lire le premier texte : “Mes parents”. C’est un texte dit par Karima à propos de ses parents.

Lire la suite « C’est la rentrée en alphabétisation »

Comment je me suis mise à enseigner sans manuel ni programme. Chapitre II : et si je parlais un peu de mon expérience dans l’Education Nationale

Chapitre II : et si je parlais un peu de mon expérience dans l’Education Nationale

L’explication de mon grand intérêt pour la pédagogie Freinet remonte à plus loin et je vais finalement faire pas mal d’allers-retours dans le temps.

Je préfère prévenir les professeurs de l’Education Nationale, il y a des critiques négatives. J’ai essayé de raconter mon ressenti de l’époque et mon analyse d’aujourd’hui. J’imagine -j’espère- que certaines choses ont changé.

Le but pour moi, donc, dans cet article est de raconter et d’analyser mon histoire d’élève. Cela me permet d’en tirer des enseignements en tant que prof. Et si ça peut aider d’autres profs, tant mieux.

Ma première expérience dans l’Education Nationale fût en tant qu’élève, bien évidemment (dans les années 90′). Elle fût globalement positive car j’étais une bonne élève, assidue, quelque peu bavarde, mais curieuse et surtout obéissante. Je tiens à le préciser, je pense que c’est important, car tant que j’apprenais les leçons et obéissais aux consignes, tout s’est bien passé.

1. L’école primaire

10940440_780503708697297_5771465612555240620_n

J’ai adoré l’école primaire. Dans mes souvenirs, c’était un havre de paix, de bonheur, de créativité, de chansons …

Le fait d’avoir un seul et même professeur favorisait la transversalité. Les matières manuelles, corporelles et artistiques n’étaient pas reléguées au second plan et c’est là que j’y ai découvert ma passion pour le théâtre et les arts plastiques, que j’ai continués sans arrêter jusqu’à la fac.

C’était une école de campagne, entourée de nature, à Condé Sur Vire, dans la Manche.

Le passage au collège fut rude.

Lire la suite « Comment je me suis mise à enseigner sans manuel ni programme. Chapitre II : et si je parlais un peu de mon expérience dans l’Education Nationale »

L’autonomie dans l’apprentissage #1. l’exemple de l’atelier vélo

J’aime bien le parallèle entre la salle de classe et l’atelier vélo participatif.

D’ailleurs je rêve d’y venir vraiment un jour. Je rêve de transformer la salle de classe en atelier vélo participatif, tel OhCyclo à Montreuil.

Avec des livres, du papier, des bd, des dialogues à écouter… à la place des tournevis, pinces, pneus, freins… 😉

wp-15647685178467259196549532428140.jpg

Lire la suite « L’autonomie dans l’apprentissage #1. l’exemple de l’atelier vélo »

Comment je me suis mise à enseigner sans manuel ni programme. Chapitre I : Mon apprentissage du russe

Je vais éclaircir un peu ma méthodologie inspirée de la pédagogie Freinet.

Exercice pas évident, déclenché par la question très simple d’une professeure de FLE – que je remercie – rencontrée sur les réseaux sociaux :  » Comment démarrer en FLE avec la pédagogie Freinet ?  »

C’est l’occasion pour moi d’expliquer ce que je fais depuis des années. J’en parle dans mon blog et dans l’interview, mais là, je vais tenter de structurer ma pensée. Ca va être un peu long, mais j’espère que les intéressés y trouveront des clés.

Chapitre I : mon apprentissage du russe en Russie

ia nie panimayou.jpg

Dessin réalisé à l’époque. 21/02/2008

En octobre 2007, je suis partie travailler en Russie, en tant que professeure de FLE, à l’Alliance française de Samara, au-dessus du Kazakhstan. Je ne parlais pas un mot de russe. C’était un défi d’arriver dans un pays complètement inconnu. J’ai eu trois professeures de russe en deux ans.

La première, en cours individuel, était très traditionnelle et très autoritaire, elle ouvrait un livre de grammaire qui datait de l’époque soviétique (vraiment !) et me disait :

« Alice, tu vas apprendre ces dix pages de grammaire pour la semaine prochaine ! « 

Lire la suite « Comment je me suis mise à enseigner sans manuel ni programme. Chapitre I : Mon apprentissage du russe »